Merci de patienter
Le panier est en cours de fabrication.
Vous pourrez fermer cette fenêtre a la fin du téléchargement.
Fermer la fenêtre
0/17
     Page          
PALUDISME DESSIN
PALUDISME DESSIN
INFOS Image CALCULATEUR DE PRIX
Images en droits gérés : 007259_007

Légende : Le cycle du paludisme. La transmission du parasite Plasmodium, source du paludisme, s'effectue par l'intermédiaire d'un vecteur obligatoire, le moustique anophèle femelle. Le cycle biologique du parasite comporte une phase de reproduction sexuée, réalisée dans l'organisme de ce moustique, et une phase asexuée au sein du corps humain. Lorsqu'un anophèle femelle pique un individu atteint de la maladie, il aspire quelques microlitres de sang porteurs du parasite. Lors de la piqûre d'une autre personne, il lui transmet le parasite présent dans ces glandes salivaires sous une forme particulière, les sporozoïtes. Les sporozoïtes injectés dans le sang vont gagner en quelques minutes le foie de l'individu, infecter ses hépatocytes dans lesquels ils vont se différencier en une autre forme parasitaire, les schizontes. Après quelques jours de divisions, les schizontes matures libèrent, par éclatement des cellules hépatiques, des centaines de milliers de mérozoïtes dans la circulation sanguine, où ils infectent les hématies. Au sein de ces hématies, les mérozoïtes vont se multiplier, aboutissant à un éclatement des hématies libérant des mérozoïtes encore plus nombreux qui réinfecteront des hématies, ... Ces cycles d'infections et libérations parasitaires sont à l'origine des accès de fièvre cycliques caractéristiques de la maladie. Certains des mérozoïtes libérés vont se différencier en une forme sexuée du parasite, les gamétocytes mâles et femelles, qui se regroupent en grappe dans le sang. Lors de la piqûre de l'individu impaludé par un autre anophèle femelle, les gamétocytes mâles et femelles sont ingérés par le moustique. Dans l'estomac de l'insecte, les gamétocytes vont alors se différencier en gamètes mâles et femelles ; leur fécondation donnera un zygote, puis un oocyste produisant des sporozoïtes. Ceux-ci migrent dans les glandes salivaires du moustique, et seront injectés à une nouvelle victime humaine. Au centre de l'illustration figure la carte des régions du monde où sévit le paludisme sous forme endémique ou sporadique. Il s'agit des pays tropicaux et subtropicaux d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

Mots clés